Cadeaux de Noël 2017, partie 2: la princesse et le mannequin

A la demande générale de Salomé, suite et fin des cadeaux home made offerts à Noël.

Cette année, les dieux du tirage au sort m’ont désigné Violette et Salomé, respectivement 10 et 23 ans.

Pour Violette, j’ai trouvé un super kit pour décorer ses tote bags, parce que la demoiselle est très créative et vraiment douée pour le graphisme (son écriture parfaite me fait rêver!). Pour le côté « hand made », j’ai opté pour ma spécialité : la robe de princesse. Parce que Violette aime se déguiser et qu’elle les porte super bien. Premier souci : tous mes patrons ne vont que jusqu’au 8 ans, donc il a fallu bidouiller.

Comme d’hab’, j’ai essayé d’avoir un rendu « costume » plus que « déguisement », façon Pompadour.

Pour le corsage, je suis partie d’un patron Ottobre, pour avoir la taille parfaite des têtes de manches. Après, ça a été de l’impro…

Le coton à fleurs vient de puces des couturières où je m’étais promis de ne rien acheter 🙂

J’ai passé pas mal de temps dans la broderie et la dentelle

La broderie anglaise des manches vient de chez Emmaüs, je trouvais que la couleur allait plutôt bien avec l’ensemble.

Et comme une gourde, j’avais oublié de faire un ourlet sur les manches.

Pour le bas de la robe, je voulais du volume, du volume et du volume. Pour ça, il a fallu renouer avec mes vieilles copines: les fronces.

Le bas de robe (polycoton moiré des Coupons Saint Pierre) est fait de 4 panneaux d’1m chacun, à froncer sur le corsage. Je déteste faire des fronces, mais j’adore faire des robes volumineuses pour les petites filles (cherchez l’erreur…)

4m de tissu, et un assistant qui préfère se rouler dedans plutôt que de filer un coup de main.

Pour les surjupes, j’ai opté pour une forme arrondie (plus Marie-Antoinette que Pompadour), j’aurais préféré pouvoir froncer la broderie anglaise, mais je n’en avais pas assez.

Dernière finition: le bas des manches. Comme j’avais zappé l’ourlet, j’ai dû bidouiller. Ma mère m’a dépannée d’une superbe dentelle qui s’accorde parfaitement avec la couleur de la robe.

J’aime beaucoup la finesse de la dentelle, ça fait vraiment une jolie finition

Pour le volume final, j’ai opté pour un jupon de tulle, amovible et sans coutures. 1h et 6m de tulle plus tard, c’était plié!

à voir la tête de Violette quand elle a découvert sa robe, je crois que ça lui a fait plaisir! Et devinez qui a passé sa soirée de réveillon en princesse??

(photo sans le jupon)

Je trouve que ce genre de robe lui va vraiment bien, elle qui est si élégante en toutes circonstances.  Et j’ai hâte de l’emmener à Versailles dans sa robe de Marie-Antoinette!!

 

Pour Salomé, je voulais offrir quelque chose de drôle, parce qu’on rit beaucoup ensemble. J’ai trouvé des guêtres en moumoute assez immondes, façon yéti/poil de chat, idéales pour une fille qui a toujours froid aux extrémités, puis le jeu Topito, parce qu’un de nos loisirs préférés est de s’identifier sur des publications facebook rigolotes dont celles de Topito. Et un quizz Karaoké, parce que Salomé est la meilleure interprète de Larusso depuis Larusso 😀

Pour la partie « cousu main, cousu coeur », j’ai beaucoup hésité (du coup j’ai plein d’idées pour ses anniversaires à venir), et j’ai opté pour le top « Minute » de chez « Aime Comme Marie ». Et comme je m’y attendais, ça lui va super bien!

(tu voulais ton article, il fallait bien l’illustrer, hein!)

Je l’ai cousu en taille 36 (et on passe sur la déco un peu kitschouille de mon salon)

Le tissu à motifs est une ancienne nappe dénichée chez Emmaüs, celui du bas vient de chez Ikea, et le passepoil de l’encolure est de mon stock.

Pour finir en beauté, il fallait bien une photo de mannequin. Kate Moss peut aller se rhabiller (au sens propre comme au sens figuré), nous on a Salomé!

(Ne me remercie pas, Salomé, ça me fait plaisir!)

Share Button

Cadeaux de Noël 2017, partie 1: le meuble patiné (tuto inside)

Bon débarras 2017, welcome 2018 !

Avant d’entamer une année que j’espère créative, petit retour sur les cadeaux de Noël offerts en 2017.

Je rappelle les règles : comme on est une famille nombreuse, on fait un tirage au sort, comme ça, tout le monde a un cadeau, et on n’est pas obligé de faire un emprunt sur 5 ans. Ledit cadeau ne doit pas coûter + de 20 euros, être perso, et si possible fait main. J’aime bien ce système, parce qu’il permet de se concentrer vraiment sur la personne désignée au tirage au sort, et qu’on peut ruser pour que ça reste dans le budget tout en valant parfois bien plus.

Cette année, c’est ma sœur Jany qui a retenu toute mon attention en décembre (le reste de l’année aussi, hein!). Après avoir fait un petit tour sur son compte Pinterest (technique d’agent secret), j’avais déjà les grandes lignes : un cadeau bio, ethique et responsable, esprit seconde vie. J’ai fafouillé un peu partout, et j’ai fini par dénicher un petit meuble-bar chez Emmaüs.

Investissement 10 euros et bonne action, j’adore farfouiller chez Emmaüs!

Autre ruse de sioux pour être sûre de faire un cadeau qui plaît: lancer un « tiens j’ai trouvé un petit meuble sympa, j’aimerais bien le retaper, mais je vois pas trop ce que je pourrais en faire, t’as pas une idée?? »

Et voilà comment on patine un meuble (grâce à un amoureux spécialiste et bon pédagogue)

D’abord, on le ponce (le meuble, pas l’amoureux) avec un gros papier de verre et des petits bras musclés

Et hop, un petit meuble tout nu!

Bon, j’ai fait ça dans un petit coin de mon dépotoir garage, ça explique les photos cracra pas belles.

Une fois le meuble poncé, dans le sens du bois, les bras un peu reposés, on attaque la peinture

Il a déjà changé de tête

On laisse sécher, et on patine la peinture avec un papier de verre assez fin.

Pour finir, j’ai changé l’entrée de serrure qui était un peu vieillotte et voilà!

Une fois installé, le voilà en situation:

(Merci Jany pour la photo!)

C’était très chouette à faire, et puis maintenant, je sais patiner! (et c’est moins dangereux que sur la glace!)

Pour l’esprit seconde vie, récup et fait main, on y est!

Et le bio alors?

Ben oui, je n’allais quand même pas offrir juste un petit meuble, j’ai complété avec des petites bidouilles

  • des savons home made à la cannelle, au thé, à la fleur d’oranger etc, dans un petit sac en tissu
  • des sachets de thé réalisés avec ma machine à découper et mes petits doigts de fée (mais comme je suis une grosse andouille, j’ai oublié de faire des photos avant d’offrir)
  • un « bidule » (si ça a un nom, j’aimerais bien le connaître) pour charger son portable

Idée repérée sur Pinterest

Et comme pour une fois je n’ai pas fini à la dernière minute, j’ai eu le temps de soigner les paquets cadeaux (étiquettes et carte home made)

Je suis super fière du meuble (et un peu du reste aussi) parce que je n’avais jamais fait de patine auparavant et j’ai quand même réussi à avoir le rendu que je voulais! Le contrat « 100% fait main » a été rempli jusque dans les petits détails!

Côté « enfants », le tirage au sort m’avait désigné Salomé et Violette, mais pour savoir ce que le Père-Noël leur a apporté, ça sera dans un prochain article!

 

Share Button

Couture pour ado(rable)

Il y a 14 ans aujourd’hui, j’ai rencontré Adélaïde. Au départ, c’était un petit bébé super mignon, avec de grands yeux. Puis elle est devenue petite fille craquante. Et maintenant éblouissante ado-rable.

En tata éblouie, j’ai adoré chacune de ces 14 années à la voir grandir, s’affirmer, et je suis fan de la merveilleuse jeune fille qu’elle est devenue. Parce qu’elle aurait pu se contenter d’être belle, mais elle est aussi intelligente, sensible, douce…

Pour marquer le coup, je voulais lui faire plaisir avec un cadeau-couture, et pour une fois, je n’ai pas eu besoin de chercher pendant des semaines.

Le Badiane que je lui avais fait il y a 2 ans lui va super bien, mais commence à être un peu juste (dire que je l’avais fait un peu grand…). Et comme j’ai vraiment anticipé, j’ai trouvé le tissu au printemps dernier: un jersey coloré, fruité et frais. Modèle OK, tissu OK, on mélange les deux et voilà!

Pour m’épargner des ourlets rehausser le motif, j’ai bordé le bas et les manches d’un biais extensible noir.

Je me suis vraiment beaucoup appliquée pour que les finitions soient impeccables, j’ai même pensé à la petite étiquette 🙂

Je suis moins fière de mes finitions de biais, mais on va dire que c’est la faute à la machine, hein!

 

Et pour finir, les photos bonus d’une adorable ado-rable

Sérieuse ou pas, toujours souriante! <3

 

Share Button

Lunch bag fait main pour petits plats maison

Et inversement.

Parce que je retourne « à l’école » pour quelques semaines, parce que je vais devoir manger à l’extérieur, parce que c’est quand même bien contraignant quand on est diabétique, parce que je n’ai aucune envie de me taper des plats préparés pleins de sucres et autres saletés. Bref, parce que j’avais besoin d’un lunch bag urgemment, j’ai ressorti THE tuto.

Etrangement, mon moi intérieur ne m’a pas poussée vers des tissus bariolés, des têtes de Mickey ou autres trucs qui brillent: j’ai fait sobre (et rien que de l’écrire, j’ai l’impression d’avoir pris 20 ans)

Pour le corps du sac, j’ai utilisé un coupon de lin assez épais que ma soeur m’avait donné. Ca change de la suédine que je couds habituellement pour les sacs et j’aime bien son petit côté brut et irrégulier.

Petit zoom pour me la péter un peu sur mes raccords de couture.

Pour le reste du sac (doublure, couverture, ceinture de maintien et poignées), j’avais le coton parfait, beige à pois blancs.

Et comme j’ai envie de me la raconter encore un peu, admirez ces supeeeerbes surpiqûres

En vrai j’ai dû bidouiller un peu pour avoir la longueur nécessaire, mais ça ne se voit pas trop

Pour finir, la petite déco qui ne sert à rien (mais je ne peux pas voir un bout de lin sans penser « broderie bretonne »)

C’est le motif de perlage Pascal Jaouen que je mets partout, je l’adore! Pour une fois, je l’ai brodé uniquement au fil de soie. C’est tout simple (point de chaînette et point de feston) mais je n’ai pas réussi à faire aussi fin que j’aurais voulu (on va dire que c’est le lin qui n’était pas tissé assez fin, hein!). Je progresse mais c’est encore loin de ce que je voudrais.

Histoire de relever le tout, j’ai cousu à la main un petit galon de dentelle au crochet, et ….

….tadaaaaaaam!

C’est qui qui va avoir le lunch bag le plus stylé du frigo collectif?

*mode j’me la pète OFF*

Petit teasing pour le prochain article: Dans 2 semaines c’est l’anniversaire de ma nièce Adélaïde, et pour une fois, j’ai pris un peu d’avance pour son cadeau. Qu’est ce qu’on peut offrir à une jolie ado-rable? La réponse dans le prochain épisode!

 

 

 

 

Share Button

Custo rapido

La rentrée approche à grands pas, les cartables sont prêts, les cahiers 24×32 petits carreaux 48 pages attendent sagement, les gommes sont encore toutes propres dans les trousses…. Ah j’adore cette ambiance!

Pas de rentrée scolaire pour moi cette année, mais j’ai quand même pris de bonnes résolutions. Entre autres celle de mieux m’organiser que l’an dernier, d’où l’achat d’un agenda. Comme je n’ai rien trouvé qui me plaise, j’ai fini par me rabattre sur un truc tout moche, mais ma maman me disait toujours quand j’étais au collège que « si l’agenda ne te plaît pas, tu peux le décorer toi-même et il sera unique ». C’est ce que j’ai fait avec cette custo express qui m’a pris 5 min.

Tout commence avec cette horreur cet agenda bien pratique mais pas super adapté à une trentenaire qui essaye tant bien que mal de quitter l’adulescence.

En prime, l’ombre de Batman Joséphine, petit chat curieux (on sait jamais, c’est ptét un truc qui se mange)

Pour le matériel, rien de bien folichon: 2 feuilles de tissu adhésif et un ruban au crochet (lui aussi adhésif), des trucs de scrap, quoi!

Pour une fois, j’ai fait simple et relativement sobre, pas de Mickey ou de couleur qui pique les yeux.J’aurais pu céder à la tentation de rajouter des trucs, des machins ou des bidules, mais j’ai tenu bon!

Et 5 minutes plus tard…

Tadaaaaaaam!!

Fini l’agenda d’ado tout gris tout moche (l’agenda, hein, pas l’ado)

J’ai particulièrement soigné les angles, pour que ça ne s’effiloche pas.

Et maintenant, il va me falloir un nouveau sac pour aller avec, non?

#TousLesPrétextesSontBons

Share Button

Sac Chat pour l’été

La première fois que j’ai mis les pieds à Créativa, j’ai craqué sur plein de trucs (ma carte bleue s’en souvient encore), entre autres sur un coupon « tête de chat recto-verso ».

(Photos récupérées sur Internet)

Coussin ou sac, le choix était vite fait:

Je voulais un sac pour partir en vacances, donc je me suis dépêchée de le finir. Peut-être un peu trop dépêchée… Du coup, il est tout basique: pas de poche ni d’attache-clés, des petits détails pourtant indispensables pour moi.

Et puis l’an dernier, je me suis retrouvée nez à museau avec le même coupon sur un stand Créativa (alors que j’avais déjà largement explosé le budget que je m’étais fixé)

Cette fois-ci, j’ai pris mon temps, et voilà le résultat:

Il est entièrement molletonné, ça lui donne une bonne tenue. La différence c’est que cette fois, j’ai aussi molletonné les anses (un petit détail qui peut avoir son importance quand on trimballe sa vie dans son sac)

Pas de petit nœud non plus, j’ai préféré une simple pression Kam

J’en mettrai peut-être un sur le côté si je n’ai pas la flemme

Ça permet de l’utiliser des deux côtés

J’ai un peu foiré la poche intérieure. C’est pas faute d’en faire dans tous mes sacs, mais je ne suis jamais satisfaite des finitions.

J’aime beaucoup le tissu de l’intérieur de la poche (trouvé lui aussi à Créativa)

Me voilà avec un nouveau sac pour l’été! Pas super adulte, mais j’ai un peu renoncé à grandir donc c’est parfait!

Share Button

Coudre Badiane, un classique dont on ne se lasse pas

Depuis que j’ai une surjeteuse et que je peux enfin coudre du jersey sereinement, je fais de plus en plus de vêtements.
Pour commencer, j’ai apprivoisé le modèle Badiane (patron gratuit) de ChristelleCoud.

C’est l’idéal pour commencer: les pièces sont simples à couper et à assembler, et une fois qu’on se sent à l’aise, on peut facilement y ajouter des petites choses sympas, empiècements, rubans, appliqués…

L’autre atout de ce patron, c’est la coupe du vêtement. Je ne sais pas comment la magie opère, mais il va à tout le monde. La preuve? J’en ai fait un à ma mère, un autre à ma nièce, et elles en sont toutes les deux ravies. Un vêtement qui met tout le monde d’accord, c’est une rareté!

Bon, assez parlé, voici la bête:

Celui-ci a été cousu (avec amour) pour ma maman.

J’ai utilisé du tissu acheté chez ArmorLux (leur magasin d’usine à Quimper sera sans doute un jour responsable de ma ruine). Un coupon, deux panneaux de rayures et le tour est joué!

Se fournir chez ArmorLux a plusieurs avantages, comme la qualité du tissu qui ne bouge pas en machine et l’obligation de s’améliorer en raccords de rayures.

Je suis vraiment fan de l’encolure! Elle est originale et féminine comme j’aime 🙂

 

Pour une fois, je n’ai pas oublié la petite étiquette de circonstance..

Une marinière bretonne pour ma maman 100% cornouaillaise, je ne pouvais pas trouver mieux! 🙂

 

Il existe un blog (collaboratif il me semble) avec plein de réalisations de Badiane, et donc plein d’idées pour personnaliser Badiane. J’ai aussi testé le gilet Cannelle, testé et adopté!

Share Button

Princesse et Marquise

C’est bientôt le carnaval, et c’est l’excuse parfaite pour coudre des déguisements.

La customisatrice de nièces a encore frappé, et ce n’est qu’un début !

Pour commencer, j’ai fait à Maïa une robe de Blanche-Neige, parce que c’est une jolie petite brune avec un teint de porcelaine et que j’ai pensé que ça devait lui aller comme un gant. Il me tarde de la voir dedans !!

IMG_1167

Pour le bustier et les manches, j’ai utilisé du coton qui était dans mon stock, idem pour le bas de robe. Pour la jupe, c’est une sorte de taffetas jaune. J’avais envie de changer de matière, et d’avoir un effet plus satiné. Il n’y a pas de jupon de tulle en dessous pour donner du volume, mais c’est le modèle qui veut ça.

IMG_3213Célestine maîtrise la « pose princesse » à la perfection!

En attendant que la robe rencontre sa princesse, c’est Célestine, une autre de mes nièces, qui s’est fait une joie de l’essayer (après avoir tourné autour un bon moment tout en se tortillant comme un asticot)

Je l’ai assurée que la prochaine robe serait pour elle, et j’ai donc enchaîné avec un modèle « Pompadour ».
Elle en a déjà deux mais trop petites, ce qui ne l’empêche pas de les porter quand même.

IMG_3208Re-pose princesse!

Pour qu’elle puisse les porter ET respirer en même temps, j’ai fait la taille du dessus.

IMG_1164

L’idée, c’était de faire une robe qui ressemble plus à un costume qu’à un déguisement.

Toile de Jouy pour le corsage, les manches et les dessus de jupe, coton ciré pour les manchettes et la jupe.

IMG_1161

IMG_1162Je n’aime pas faire des fronces, mais j’adore coudre des robes de princesse, ça doit être mon côté un peu maso qui s’exprime…

IMG_3295

IMG_3297Je crois que la « pose princesse » est devenue une seconde nature!

J’aime bien l’effet « Ménine » de cette robe et Célestine a eu l’air de l’adorer !

Les deux modèles sont issus de ce livre

princesses-pirates-et-cie

Une bible pour moi et un catalogue pour Célestine qui m’a commandé un peu toutes les robes qui s’y trouvent !

Bon ben c’est pas tout, mais ‘faut qu’j’y aille, hein, j’ai aussi des neveux à customiser !

Share Button

Couture 2017, acte 1

Après une longue absence et une année bien mouvementée, je suis de retour avec seulement deux bonnes résolutions pour 2017: coudre plus et blogger mieux!

Avant de commencer les réjouissances, j’en profite pour vous souhaiter une très belle année, pleine de joie et de créativité!

Pour ce qui est de coudre plus, c’est bien parti puisque j’ai attaqué le mois de janvier avec un sac. En 2016, j’ai fait pas mal de vêtements, mais parfois j’aime bien revenir à mes premières amours 🙂

C’est un modèle de Mavada, issu de la deuxième version de son livre « cartables et sacs à dos ». J’adore ses modèles, aussi bien pour adultes que pour enfants, et celui-ci s’appelle « Nina ». Il me fallait un nouveau sac rapidement pour un petit week-end parisien, il a été cousu en une journée.

On commence avec le rabat. J’ai cherché des combinaisons de tissus pendant des jours avant de trouver la bonne!

img_2991Au départ, j’avais prévu une tête de Mickey, mais il faut croire que je grandis…

img_1109Je l’adore! Au lieu de coudre un appliqué, j’ai coupé une « fenêtre », sous laquelle j’ai passé un coton rouge à pois blancs (au cas où ça vous aurait échappé, c’est un peu mon motif préféré). Le crâne « Dia de la Muerte », c’est un transfert velours que j’ai trouvé au dernier Créativa.

Pour la cocarde, j’ai utilisé un tissu Petit Pan que j’adore

img_2984J’appréhendais un peu mais les le pas à pas est vraiment très bien expliqué et du coup ça m’a semblé simple.

Pour la coudre sans qu’elle ne bouge, j’ai bidouillé avec du masking tape:

img_2986

Pour le corps du sac, j’ai fait comme d’habitude:

img_1119Une poche zippée dans la doublure

img_1122Une poche plaquée

Et aussi un mousqueton pour les clés

J’ai choisi une suédine noire pour faire ressortir des détails colorés

img_1116comme les nouettes de fermeture

img_1115ou les pattes d’accroche sur le côté

J’aurais pu raffiner en y ajoutant davantage de poches, mais j’étais un peu pressée par le temps.

Une fois fini, il ressemble à ça:

img_1099

J’adore mon nouveau sac! 🙂

Share Button

Sac de rentrée: étape 1

Une année scolaire est passée, les vacances d’été sont presque finies, et une fois n’est pas coutume, je n’ai rien vu passer.

Me revoilà donc pour le fameux sac de le rentrée, et cette année encore, ce sera un Mavada. J’ai jeté mon dévolu sur le modèle Solveig, un sac seau rectangulaire, avec des oeillets, et une jolie poche sur le devant.

J’ai déjà eu l’occasion de le faire deux fois, pour l’anniversaire de ma mère et pour ma soeur aînée à Nowel. A chaque fois, je l’ai fait en noir et blanc, avec motifs bretons; mais pas identiques, puisque je ne couds jamais deux fois la même chose. Je ne sais pas pourquoi, je ne vois pas ce modèle autrement qu’en breton…

IMG_9669Sac cousu pour ma grande soeur

Le prochain Solveig sera donc noir et blanc (pour changer) et à motifs bretons (parce que c’est très important pour moi de promener ma Bretagne un peu partout)

Ca fait un moment que je l’ai en projet, mais après être allée voir la collection « Gwen ha Du » de Pascal Jaouen, impossible de faire autre chose.

Je vous propose de suivre les étapes de sa naissance, en commençant aujourd’hui par le perlage qui sera appliqué sur la poche de devant.
Une fois encore, c’est un motif Pascal Jaouen. J’adore le perlage, et je suis totalement fan de ce dessin.

On commence avec la préparation du support:

IMG_1570motif décalqué et reproduit au stylo Frixion, qui a l’avantage non négligeable de s’effacer à la chaleur.

J’ai choisi un lin blanc tout simple qui passait par là…

IMG_1571Et c’est parti pour le perlage! Pose en 3 par 3 pour les lignes simples, passé plat pour le remplissage

IMG_1571Ca avance vite, même à l’aiguille, et même en s’appliquant

IMG_1572En 1h1/2, la fleur est finie!

IMG_1573Fin du perlage avec le contour de la feuille, en queue de rat (un point de tige perlé)

IMG_1576Point de tige au fil de velours un peu épais, pose de paillettes pour la finition, et c’est fini! 3h chrono!

IMG_1587L’envers est assez propre, j’ai replié les bords pour pouvoir l’appliquer, mais il va falloir que je les égalise.

IMG_1579Détail des points de plus près.

IMG_1585Ce que j’adore dans le perlage: le résultat. On a l’impression que les perles sont juste posées sur le tissu.

Voilà pour la première étape!

Info qui n’a rien à voir: je recherche déséspérément des livres/tutos/pas à pas/modèles pour débuter au crochet de Lunéville. J’ai investi dans un crochet de 80, et j’apprends seule, donc je lance un appel!

 

Share Button