Quand j’étais petite, j’avais un super sac avec plein de poches partout, et qui ne me quittait jamais. Je serais bien incapable de dire aujourd’hui ce que je trimballais dedans, ni même d’où il sortait, c’était mon « sac de reporter » et je me sentais toute nue sans lui.
J’ai eu des centaines de sacs, des petites pochettes sobres, des cabas colorés, des besaces, des sacs à mains…

Quand je me suis mise à la couture, c’était pour faire des sacs qui me ressemblent, décider moi même du format, du nombre de poches ou de la couleur. Petit à petit, j’ai élaboré mes sacs, en apprenant à maîtriser ma machine et les techniques de couture.

Depuis la rentrée, je me suis fait quelques sacs, mais je ne sais pas pourquoi, je n’arrive pas à m’y attacher comme aux autres. C’est comme avec certains mecs: je les aime bien, mais pas d’amour… Alors je continue, en attendant de trouver le bon, celui qui ne me quittera plus jusqu’au suivant, celui qui m’accompagnera partout et me ressemblera.

Il y a fort à parier qu’il sera besace China (né ici) ou qu’il sera issu du dernier livre d’Edwige Foissac, parce que j’adore ses modèles.
En attendant, je vous montre mes derniers flirts en date:

IMG_6946Sac « Bérénice », d’après Edwige Foissac (Rabat chats « Tissus Cauchois »)

 

IMG_6956Besace China, avec rabat « coquelicot bleu » Petit Pan et suédine orange Eurodif

IMG_6955Le tissu de l’intérieur est récupéré d’une vieille jupe informe

 

Et petit bonus:

IMG_6948IMG_6950IMG_6953Trousse « Philippine » tirée du dernier livre d’Edwige Foissac, mon indispensable nouvelle trousse à maquillage.

Share Button