Tag Archives: patron

A la demande générale de Salomé, suite et fin des cadeaux home made offerts à Noël.

Cette année, les dieux du tirage au sort m’ont désigné Violette et Salomé, respectivement 10 et 23 ans.

Pour Violette, j’ai trouvé un super kit pour décorer ses tote bags, parce que la demoiselle est très créative et vraiment douée pour le graphisme (son écriture parfaite me fait rêver!). Pour le côté « hand made », j’ai opté pour ma spécialité : la robe de princesse. Parce que Violette aime se déguiser et qu’elle les porte super bien. Premier souci : tous mes patrons ne vont que jusqu’au 8 ans, donc il a fallu bidouiller.

Comme d’hab’, j’ai essayé d’avoir un rendu « costume » plus que « déguisement », façon Pompadour.

Pour le corsage, je suis partie d’un patron Ottobre, pour avoir la taille parfaite des têtes de manches. Après, ça a été de l’impro…

Le coton à fleurs vient de puces des couturières où je m’étais promis de ne rien acheter 🙂

J’ai passé pas mal de temps dans la broderie et la dentelle

La broderie anglaise des manches vient de chez Emmaüs, je trouvais que la couleur allait plutôt bien avec l’ensemble.

Et comme une gourde, j’avais oublié de faire un ourlet sur les manches.

Pour le bas de la robe, je voulais du volume, du volume et du volume. Pour ça, il a fallu renouer avec mes vieilles copines: les fronces.

Le bas de robe (polycoton moiré des Coupons Saint Pierre) est fait de 4 panneaux d’1m chacun, à froncer sur le corsage. Je déteste faire des fronces, mais j’adore faire des robes volumineuses pour les petites filles (cherchez l’erreur…)

4m de tissu, et un assistant qui préfère se rouler dedans plutôt que de filer un coup de main.

Pour les surjupes, j’ai opté pour une forme arrondie (plus Marie-Antoinette que Pompadour), j’aurais préféré pouvoir froncer la broderie anglaise, mais je n’en avais pas assez.

Dernière finition: le bas des manches. Comme j’avais zappé l’ourlet, j’ai dû bidouiller. Ma mère m’a dépannée d’une superbe dentelle qui s’accorde parfaitement avec la couleur de la robe.

J’aime beaucoup la finesse de la dentelle, ça fait vraiment une jolie finition

Pour le volume final, j’ai opté pour un jupon de tulle, amovible et sans coutures. 1h et 6m de tulle plus tard, c’était plié!

à voir la tête de Violette quand elle a découvert sa robe, je crois que ça lui a fait plaisir! Et devinez qui a passé sa soirée de réveillon en princesse??

(photo sans le jupon)

Je trouve que ce genre de robe lui va vraiment bien, elle qui est si élégante en toutes circonstances.  Et j’ai hâte de l’emmener à Versailles dans sa robe de Marie-Antoinette!!

 

Pour Salomé, je voulais offrir quelque chose de drôle, parce qu’on rit beaucoup ensemble. J’ai trouvé des guêtres en moumoute assez immondes, façon yéti/poil de chat, idéales pour une fille qui a toujours froid aux extrémités, puis le jeu Topito, parce qu’un de nos loisirs préférés est de s’identifier sur des publications facebook rigolotes dont celles de Topito. Et un quizz Karaoké, parce que Salomé est la meilleure interprète de Larusso depuis Larusso 😀

Pour la partie « cousu main, cousu coeur », j’ai beaucoup hésité (du coup j’ai plein d’idées pour ses anniversaires à venir), et j’ai opté pour le top « Minute » de chez « Aime Comme Marie ». Et comme je m’y attendais, ça lui va super bien!

(tu voulais ton article, il fallait bien l’illustrer, hein!)

Je l’ai cousu en taille 36 (et on passe sur la déco un peu kitschouille de mon salon)

Le tissu à motifs est une ancienne nappe dénichée chez Emmaüs, celui du bas vient de chez Ikea, et le passepoil de l’encolure est de mon stock.

Pour finir en beauté, il fallait bien une photo de mannequin. Kate Moss peut aller se rhabiller (au sens propre comme au sens figuré), nous on a Salomé!

(Ne me remercie pas, Salomé, ça me fait plaisir!)


Depuis l’arrivée d’Odette-la-surjeteuse dans mon atelier et dans ma vie, de nouveaux horizons s’ouvrent à moi: je vais enfin pouvoir me faire des fringues à mon goût, avec des finitions « pro ».

Bon, ça, c’est l’enthousiasme du début.

En vrai, Odette et moi, on a fait connaissance sur des chutes de jersey pendant une semaine. Je pensais que j’allais galérer un peu plus avec l’enfilage et les réglages tensions, mais finalement, ça n’est pas si compliqué, une surjeteuse!
Ensuite, j’ai massacré quelques mètres de viscose (pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué?) sur des blouses et tuniques façon sac  patates, parce que j’ai une certaine tendance à me voir 2 ou 3 tailles au dessus de la réalité.

Et puis j’ai trouvé ZE patron: le tee-shirt Badiane (c’est gratuit, y’a juste à l’imprimer)

J’avais profité de mon passage à Quimper cet été pour refaire mon stock de tissu Armorlux, alors même si les rayures horizontales, ça ne flatte pas grand monde, j’ai voulu tester le patron avec ce joli jersey trèèèès agréable à coudre.

Ça donne une sorte de marinière:

IMG_9227

Pour une fois, j’ai cousu un peu petit, donc j’ai bidouillé vite fait avec un triangle de jersey noir pas beau du tout, pour élargir un peu la chose.

IMG_9232Du coup, ça casse un peu les rayures, c’est pas plus mal.

IMG_9228L’encolure me plaît bien, ni V ni carrée. Je trouve que c’est assez féminin, et pas trop échancré (on évite l’effet « journée portes ouvertes »)

Là où j’ai un peu foiré mon truc, c’est sur l’ourlet.

IMG_9233
Il faut vraiment que je me prenne par la main et que je m’entraîne aux ourlets sur jersey. En attendant, j’ai fait la grosse feignasse et j’ai terminé par un ourlet roulotté, pas très joli (avec des fils à rentrer, là, ça pendouille et c’est pas beau)

Bilan: C’est un chouette patron, que je n’ai pas fini d’utiliser, parce que la coupe est sympa et que c’est un bon basique. Mais le prochain sera sans doute un poil plus large et surtout, rallongé de 10 bons cm!